dimanche 11 janvier 2009

Voici Libé, hélas...

La Presse en général et les journaux en particulier vont mal, très mal.
C’est le constat dressé jeudi matin par les Etats Généraux de la Presse, sorte de Grenelle (encore un!) chargé, depuis le 2 octobre dernier, de trouver des solutions à la crise du secteur. Quatre groupes de travail ont cogité sur le sujet et viennent de remettre 90 recommandations à la ministre de la Culture et de la Communication, via un "livre vert".
Comme propositions, on trouve pèle-mêle : baisser les coûts de production, améliorer les aides de l'Etat (700 millions d'euros quand même), réduire la TVA ...
Bref, beaucoup de solutions financières mais peu de réflexions sur le métier de journaliste, sur le rôle de ce média dans nos sociétés, sur les attentes du lectorat...

Et pourtant :
Nous venons de vivre une semaine historiquement importante : la guerre à Gaza, la "guerre du gaz" en Europe, la guerre qui se poursuit en Irak, en Afghanistan, en République Démocratique du Congo ; le chômage et la pauvreté qui ne cessent de croître, le pouvoir d'achat qui ne cesse de décroître...

Pendant ce temps, un grand quotidien national consacre ce week-end sa Une à un événement tout à fait capital :
"retour précoce ou liberté de choix ? Le débat fait rage (sic) à la suite de la décision de Rachida Dati de reprendre le travail cinq jours après son accouchement".



J'offre donc ma contribution au "Livre Vert" :
Recommandation n°91 : virer Laurent Joffrin directeur de la Rédaction, qui, après avoir massacré le Nouvel Observateur en le transformant en un pâle clone de Psychologie Magazine, s'attaque à présent à Libération pour créer un Voici quotidien.

1 commentaire:

Stéphane a dit…

En effet, j'avais raté cette Une mais toute cette histoire semble bien dérisoire par rapport à tout ce qui se passe.
Au lieu de prendre un ancien directeur artistique de chez Métro, ils auraient mieux fait de taper directement chez Voici ou Closer, au moins, on aurait eu droit à des photos de la césarienne!
Et quand on voit aussi que Ségolène profite de cette polémique pour redorer son blason dans le journal du dimanche, on se dit vraiment que c'est mal barré pour 2012...